Actualités

Festival « Les aventuriers de la mer » du 10 au 13 octobre 19


90 % des fonds ne sont pas cartographiés. 90% des espèces marines ne sont pas répertoriées. La mer est l'un des derniers territoires aussi peu exploré de notre planète. Pour nous inviter à mieux connaître cette mystérieuse inconnue, le festival Les aventuriers de la mer débute aujourd'hui à la cité de la voile de Lorient.

Au programme du côté de l'audiovisuel, trois documentaires qu'il sera peut-être difficile de voir ailleurs : Le sous-marin vert de M. Pilipenko, où comment un retraité perspicace construit patiemment un sous-marin pour explorer les fonds de la mer Noire ; Sillages nous fait naviguer dans une mini transat avec Ian Lipinski, seul à bord avec sa caméra ; Hommes des tempêtes nous embarque dans un chalutier-usine, en pleine tempête, dans l'Atlantique Nord.

Bonne navigation !

Les rencontres de films en Bretagne


Catégories : Films

Les rencontres du film en Bretagne ont 20 ans ! Les 3 et 4 octobre, rendez-vous à Saint-Quay-Portrieux, dans les Côtes d'Armor.

Au programme pour les 300 professionnel.le.s qui se donnent rendez-vous dans ce village de bord de mer : rencontres, ateliers et partage d'expériences. Et pour le grand public, le cinéma Arletty propose une riche programmation d’œuvres issues du territoire breton, ainsi que des rencontres avec celles et ceux qui les ont crées. L'occasion de (re)découvrir des films rares tournés et/ou produits dans la région.

Echos d'ici, échos d'ailleurs, festival du film documentaire


Catégories : Films

Le seul Festival de France qui fasse encore une place à Christophe de Ponfilly se déroulera les 11 ,12 et 13 Octobre à Labastide-Rouairoux dans le Tarn.
Vous pouvez consulter le programme de Echos d'ici, échos d'ailleurs , axé sur une thématique inédite : l'amour !

Mais qui était Christophe de Ponfilly ? Un documentariste précieux, que le Festival de Douarnenez avait invité en 2001, pour un volet dédié à l'Afghanistan. Cette année-là, tous les journalistes contactés pour annoncer cette programmation étaient unanimes : l'Afghanistan, c'était fini, les talibans et Massoud hors d'actualité... Le festival eut lieu, et à longueur de débats, en cette fin août, De Ponfilly nous fit savoir combien Massoud était selon lui menacé. Et surtout totalement ignoré par le gouvernement français, qui ne l'avait pas même pas reçu lors d'une visite récente en France. Christophe était très inquiet, amer aussi, mais restait ce gentleman que d'autres ont connu...

Le 9 septembre suivant, Massoud était assassiné, premier avertissement à la toute puissante Amérique. Deux jours après, il y a juste 18 ans, les tours s 'écroulaient.

De Ponfilly aura eu raison contre tous. Pourtant, il aurait aimé filmer encore davantage les enfants, les nourrissons, les artistes de cirque...tout un univers tendre qui était aussi le sien. Retrouvez-le dans quelques extraits de films : l'hilarant Mr le rabbin , le tout aussi drôle Chronique des hauts plateaux... et enfin, l'émouvant passage avec Massoud l'Afghan.

42ème Festival de cinéma de Douarnenez


L'édito du 42ème Festival de cinéma de Douarnenez, qui débute le samedi 17 août prochain, et dure jusqu'au 24 août, rend un hommage appuyé aux Algériennes. Combattantes, militantes, mères, plasticiennes, vidéastes, formatrices...

Elles seront effectivement nombreuses sur la Place du Festival. A l'instar des réalisatrices formées dans le cadre d'un atelier de création de documentaires, qui a duré un an et demi. Le projet est né à l'initiative de Habiba Djahnine, réalisatrice et formatrice, et du collectif Cinéma et mémoire. Objectif : raconter les vies de leurs mères, grand-mères, voisines, amies, proches.
Saluons donc Sonia At Qasi-Kessi, Wiame Awres, Saadia Gacem, Kamila Ould Larbi, Leïla Saadna et Kahina Zina, et évidemment toutes les formatrices, les monteuses et les techniciennes qui ont allié leurs forces, leurs sensibilités et leurs savoir-faire. Le tout a pris naissance à Timimoune, au cœur du Sahara.

Une plongée réussie dans l’intime qui comme toujours dit bien plus que cela ; qui comme toujours, en explorant l’histoire personnelle, dévoile l’Histoire de l’Algérie.
Plongez dans la bande-annonce, prenez un livre de Sarah Haidar, invitée du stage littérature, allez voir tous ces beaux film de femmes. Le merveilleux Fragments d'un rêve de Bahia Bencheikh-El Fegoun, le virulent La moitié du ciel d'Allah de Djamilah Sahraoui, le tendre La langue de Zahra de Fatima Sissani...

19 ème édition du Festival International du film insulaire de Groix


Catégories : Films

Du 21 au 25 août prochains, la 19ème édition du Festival International du film insulaire de Groix, le FIFIG, piloté par son capitaine Sarah Farjot (les capitaines femmes nous réservent ces temps-ci de bien belles surprises) met le cap sur les îles chiliennes. Une destination peu facile d’après Sarah, tant la dictature a plombé le cinéma, mais qui réserve de bien belles surprises.

En parallèle de cette destination chilienne, cabotage d’île en île avec la compétition documentaires, orchestrée par Nicolas Le Gac, permanent de l’association lorientaise J’ai vu un documentaire, dont nous recommandons chaleureusement la programmation !

On y retrouvera avec plaisir Marie-Clémence Paes, une habituée, qui présente Fahavalo, Madagascar 1947, film qui allie témoignages des derniers témoins de la révolte contre le système colonial, et images d’archives tournéés dans les années 1940. Rare et précieux. Plaisir aussi de découvrir Zona Franca de Georgi Lazarevski, tourné en Patagonie, entre détresse des habitants et excès du tourisme ; Little America de Marc Weymuller qui revient sur le déclin de l’île de Santa Maria aux Açores. Le collectif Cinemakhia nous offre En face, tourné sur l’île de Lesbos, qui repose encore une fois la question de l’accueil des migrants sur cette petite île, de ses stigmates et des ses conséquences. Un contrepied à la version médiatique dominante. 
Embarquer pour Groix, une façon de lire le monde insulaire autrement que dans les pages des magazines sur papier glacé...